Aujourd’hui à la Ferme

Avec cet hiver doux, les plantes poussent. Ce vendredi 21 Février, vous trouverez à la Ferme, des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes, des oignons jaune et des rouge, des échalotes,  des betteraves, des panais, du céleri, des navets, du chou blanc, du chou vert et du chou rouge, du chou chinois Pak Choï et du Pé Shaï, des radis d’hiver, des courges, des poireaux, des épinards,, des salades, du jus de pomme, des œufs, des biscuits…

Nous sommes également ouvert le vendredi 28 Février de 16h à 18h30.

DSC00147

Aujourd’hui à la Ferme

Ce vendredi 14 Février, vous trouverez à la Ferme des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes, des oignons jaune et des rouge, des échalotes, de l’ail, des betteraves, des panais, du céleri, des navets, du chou blanc, du vert et du rouge, du chou chinois Pak Choï ,des radis noir, des buternuts, des poireaux, des épinards,, des salades, du jus de pomme, des œufs, du miels, des biscuits… Nous sommes également ouvert le vendredi 21 Février de 16h à 18h30.

IMG_20191129_135628

Nous sommes ouvert le Vendredi 7 et le 14 Février

Ce vendredi 7 Février, vous trouverez à la Ferme des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes, des oignons jaune et des rouge, des échalotes, de l’ail, des betteraves, des panais, du céleri, des navets, du chou blanc, du vert et du rouge, du chou chinois Pak Choï ,des radis noir, des buternuts, des poireaux, des épinards, de la mâche, des salades, du jus de pomme, des œufs, du miels, des biscuits… Nous sommes ouvert le 7 et le 14 Février de 16h à 18h30.

IMG_20191129_135628

Demain à la Ferme

Vous trouverez  des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes, des oignons jaune et des rouge, des échalotes, de l’ail, des betteraves, des panais, du céleri, des navets, du chou blanc, du vert et du rouge, du chou chinois Pak Choï ,des radis noir, des buternuts, des poireaux, des épinards, de la mâche, des salades, du jus de pomme, des œufs, du miels, des biscuits…

Nous sommes ouvert en Janvier tous les vendredis de 16h à 18h30.

DSC00147

L’Épinard à l’honneur

Aujourd’hui nous mettons à l’honneur l’Épinard.

L’épinard est un aliment-santé indispensable pour bien s’armer contre le mauvais temps d’automne : fibres, minéraux et vitamines.

Commençons par ce qui fait la popularité des épinards : le fer ! En effet, les épinards en sont bien pourvus; Cependant, ce fer est optimal surtout s’il est consommé avec le fer d’origine animal ; l’absorption du fer passe alors de 5% à 15%.

L’épinard possède ainsi des propriétés antianémiques et également préventives de certains cancers. En effet, il comporte beaucoup de fibres, une grande diversité d’oligo-éléments et de nombreux minéraux.

De plus, ce légume contient un acide gras essentiel assez rare dans l’alimentation : l’acide linoléique.

Enfin, le taux de certaines vitamines est particulièrement élevé : celui de la vitamine A, P, B9 et C, comme la plupart des légumes bien colorés.

Apports énergétiques
Très peu énergétique, l’épinard n’apporte que 18 kcal au 100 g. Ce taux vari très vite en fonction du mode de cuisson et des accompagnements : béchamel, beurre ou crème.

Vous trouverez également à la Ferme aujourd’hui : des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes,  des oignons jaune et des rouge, des échalotes, de l’ail, des betteraves, des navets, du chou blanc, et du rouge, du chou chinois Pak Choï ,des radis noir, des buternuts, des poireaux, des épinards, de la mâche, des salades, du jus de pomme, des œufs, du miels, des biscuits…

Nous sommes ouvert en Janvier tous les vendredis de 16h à 18h30.

Histoire et caractéristiques de l’épinard

Très probablement originaire de Perse, l’épinard ne fut introduit en Espagne par les Arabes, puis en France par les Croisés, qu’aux alentours de l’an 1 000. Peu à peu, il se répandit dans toute l’Europe. A cette époque, on vendait des boulettes de ce légume-feuille pressées, sous le nom d’« espinoche ». Mais cette « herbe de carême », tel qu’on l’appelait, n’était pas très appréciée et servait beaucoup plus à faire des cataplasmes, destinés à guérir les douleurs de l’estomac et du foie, qu’à la gastronomie.
L’appellation « à la florentine » rend hommage à Florence, ville que Catherine de Médicis quitta au 16ème siècle, pour épouser le roi de France. Celle-ci ramena avec elle l’un de ses légumes préférés, l’épinard, qui fut dès lors abondamment cultivé en France. Étrangement, c’est dans sa version sucrée qu’on en raffolait. On lui découvrit alors le pouvoir de favoriser la digestion, ce qui lui valut le surnom évocateur de « balai de l’estomac ». Connu désormais dans le monde entier, il n’a sans nul doute pas meilleur ambassadeur que Popeye, aux biceps gonflés par l’engloutissement régulier de conserves d’épinards.

Les calories et les infos nutritionnelles de l’épinard

L’épinard est l’un des végétaux les plus légers. Une portion rassasiante de 200 g d’épinards cuits n’apporte en effet que 50 kcal et permet, en outre, de faire le plein de fibres : il en renferme 2,7 g/100 g. Sans oublier qu’en plus de stimuler le transit intestinal, il est très digeste, ce qui lui valut longtemps le surnom de « balai de l’estomac ». C’est un véritable légume minceur.

Par ailleurs, ses feuilles vertes regorgent de minéraux. Il affiche ainsi des teneurs impressionnantes en potassium> (529 mg/100 g), en calcium et magnésium (58 mg/100 g). Et sachez que l’épinard contient aussi du fer, c’est vrai, mais en quantité intéressante seulement, pas davantage. Reste à savoir que celui-ci n’est, en plus, absorbé qu’à hauteur de 5 % par l’organisme. En revanche, consommé en même temps que de la viande, l’organisme en assimile 15 % de plus. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire pour profiter de ses vertus fortifiantes.
Ce végétal renferme par contre de grandes quantités de vitamines – de la vitamine C (50 mg/100 g), de l’acide folique et des carotènes (provitamine A). Une portion de 200 g permet d’en couvrir respectivement la moitié, les trois-quarts et le double des apports quotidiens recommandés. Ces substances sont de puissants antioxydants, qui protègent le corps contre le vieillissement prématuré des cellules et le développement de certains cancers. Enfin, en plus de pigments (chlorophylle et carotène), l’épinard contient des flavonoïdes. Toutes ces substances agissent en synergie pour renforcer l’action de la vitamine C mais aussi pour protéger les petits vaisseaux sanguins (appelés capillaires).

Valeur nutritionnelle de l’épinard pour 100 g
Protides 2,7 g
Glucides 1,3 g
Lipides 0,3 g
Calories 18 kcal

Comment conserver l’épinard

Conservez-le tout au plus deux à quatre jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Il est fragile et perd rapidement ses vitamines une fois cueilli, alors cuisinez-le dans la journée qui suit l’achat. Lavez-le seulement au moment de l’utiliser, car mouillé, il dépérit rapidement.
Une fois lavée à grande eau, il faut débarrasser la feuille d’épinard de sa côte (uniquement si celles ci sont filamenteuse). Il suffit alors de l’équeuter, puis de la pincer tout en tirant la nervure du côté opposé, jusqu’en haut de la feuille. L’épinard se conserve très bien au congélateur. Il doit être, au préalable, blanchi quelques minutes, puis pressé entre les mains afin d’éliminer toute l’eau dont il s’est gorgé.

Comment cuisiner et déguster l’épinard

Consommez-le cru, en salade ou dans un sandwich, comme du cresson ou de l’oseille, auxquels il se mélange très bien, d’ailleurs. Dans ce cas, ce seront les jeunes pousses qui seront les meilleures ; en plus, il n’est pas nécessaire de retirer leur côte centrale. N’hésitez pas à ajouter des pommes, du parmesan, de la mozzarella ou encore des suprêmes d’orange pour des entrées vitaminées, colorées et rafraîchissantes.
Pour cuire l’épinard, on peut le blanchir rapidement dans de l’eau bouillante salée. Mais, afin de préserver au maximum ses qualités nutritionnelles, il est préférable de le cuire à l’étuvée ou à la vapeur. Ou encore, une dizaine de minutes à la poêle ou au wok. Dans tous les cas, il est délicieux nature ou tout juste accompagné d’un peu de beurre et de jus de citron, de sauce Mornay, de béchamel ou de crème fraîche. L’épinard est une garniture idéale pour les viandes (veau et volaille) et surtout les poissons, à commencer par le saumon et le cabillaud. Il se prête aussi très bien aux préparations à base d’œufs, notamment l’omelette.
Il garnit des tartes, des tourtes, des feuilles de brick, seul ou agrémenté de fromage frais de chèvre et de brebis (feta) en particulier, et pourquoi pas d’une poignée de raisins secs. L’épinard aime aussi les gratins dans lesquels pâtes, lardons, béchamel… sont les bienvenus. Enfin, c’est lui le légume des préparations dites « à la florentine » (à base de crème fraîche, d’échalotes, d’ail et de tomates concassées).
Faites cuire 500 g d’épinards puis ajoutez 100 g de pommes de terre. Mixez le tout et vous obtiendrez une sublime purée, que même les enfants adoreront. Concoctez également des soupes et veloutés savoureux. Pour toutes les préparations, enfin, sachez que l’épinard et l’ail font excellent ménage.

epinard

Navet nouveaux à l’honneur

Aujourd’hui nous mettons à l’honneur les Navets nouveaux.

Le navet est un légume de la famille des crucifères, de forme bulbeuse et à chair blanche; ses feuilles sont également comestibles. Il est originaire du bassin méditerranéen mais on retrouve également certains variétés cultivés en Asie depuis des centaines d’années. Souvent confondu avec le rutabaga, il a un gout plus neutre, il est facile à cuisiner et se marie avec une multitude d’autres aliments.

Vous trouverez également à la Ferme aujourd’hui : des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes, des panais, des oignons jaune et des rouge, des échalotes, de l’ail, des betteraves, des navets, du chou blanc, du vert et du rouge, du chou chinois Pet saï et du Pak Choï ,des radis noir, des potimarrons, des buternuts, des poireaux, des épinards, de la mâche, des salades, du jus de pomme, des œufs, du miels, des biscuits…

Nous sommes ouvert en Janvier tous les vendredis de 16h à 18h30.

Caractéristiques du Navet:

  • Source de fibres ;
  • Peu calorique ;
  • Source de potassium, magnésium, phosphore ;
  • Protection des cancers ;
  • Contient des antioxydants.

Différences avec le rutabaga

Le navet et le rutabaga sont souvent confondus car on les croit de la même espèce. Il s’agit pourtant de deux espèces bien différentes. La chair des navets est généralement blanche alors que celle des rutabagas est plutôt jaune. On les différencie également par leurs feuilles: lisses pour le rutabaga et rugueuses et poilues pour le navet.

Mot du nutritionniste

L’idéal est de nettoyer rapidement les navets et de les consommer crus afin de profiter au maximum de leurs bienfaits.

Valeurs nutritionnelles

Pour 100g de navet cru :

Nutriments                                                              Quantités                                                              
Protéines 0.9 g
Lipides 0.1 g
Glucides 4.63 g
Eau 91.87 g
Fibres 1.8 g
Vitamine C 21 mg
Vitamine B1 0.04 mg
Vitamine B6 0.09 mg
Potassium 191 mg
Magnésium 11 mg
Phosphore 27 mg
Que vaut une « portion de navet et de rutabaga ?
Poids/volume    Navet, bouilli, égoutté, 82 g/125 ml Rutabaga, cru, 74 g/125 ml Rutabaga, bouilli, égoutté,  90 g/125 ml
Calories 18 27 35
Protéines 0,6 g 0,9 g 1,2 g
Glucides 4,2 g 6,0 g 7,9 g
Lipides 0,1 g 0,2 g 0,2 g
Fibres alimentaires 1,6 g 1,8 g 1,6 g

12 bienfaits du navet : pourquoi en manger?

  1. Le navet est source de fibres qui vont stimuler le transit intestinal.
  2. Riche en eau et faible en lipides, le navet est peu calorique ce qui lui permet d’être consommer dans le cadre d’une perte de poids.
  3. Le navet est source de potassium. Dans l’organisme, le potassium sert à équilibrer le pH du sang et à stimuler la production d’acide chlorhydrique par l’estomac, favorisant ainsi la digestion.
  4. Le navet est source de magnésium qui participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire, à la santé dentaire et au fonctionnement du système immunitaire.
  5. Le navet est une sources de vitamine C. Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes; elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.source de fibres.
  6. La richesse du navet en antioxydants permet de prévenir certains cancers, de protéger l’organisme contre le stress oxydatif et les signes du vieillissement.
  7. Cru, le navet est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.
  8. Le rutabaga bouilli est une source de fer pour l’homme seulement. Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Il est à noter que le fer contenu dans les aliments d’origine végétale est moins bien absorbé par l’organisme que le fer contenu dans les aliments d’origine animale. L’absorption du fer des végétaux est toutefois favorisée lorsque consommé avec certains nutriments, telle la vitamine C.
  9. Le rutabaga est une source de phosphore . Le phosphore constitue le deuxième minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium. Il joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. De plus, il participe entre autres à la croissance et à la régénérescence des tissus et aide à maintenir à la normale le pH du sang. Finalement, le phosphore est l’un des constituants des membranes cellulaires.
  10. Le rutabaga est une source de manganèse tandis que le navet cru en est une source pour la femme seulement. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.
  11. Le rutabaga est une source de vitamine B1. Appelée aussi thiamine, cette vitamine fait partie d’un coenzyme nécessaire à la production d’énergie principalement à partir des glucides que nous ingérons. Elle participe aussi à la transmission de l’influx nerveux et favorise une croissance normale.
  12. Le rutabaga est une source de vitamine B6. Aussi appelée pyridoxine, cette vitamine fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La vitamine B6 est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Enfin, cette vitamine joue un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de récepteurs hormonaux.

Bien conserver

Fraîchement coupées, les feuilles se conservent quelques jours au réfrigérateur. Les apprêter le plus rapidement possible après l’achat, car elles ont tendance à flétrir.

Les racines se conservent très longtemps au  réfrigérateur.

Préparation du navet

Comment le cuisiner ? Comment l’assortir ?

Rutabaga et navet se préparent comme les pommes de terre : en purée, frites, en croustilles, au four, rôtis, sautés, etc. Servir des purées de divers légumes-racines mélangés, en les assaisonnant d’un peu de muscade et de persil haché.

  • Navets glacés : couper la racine en tranches de 3 mm d’épaisseur. Chauffer du miel et du beurre jusqu’à ce que la préparation caramélise, déglacer avec un peu d’eau, puis ajouter les tranches de navets ou de rutabaga. Cuire jusqu’à ce qu’elles soient tendres, en brassant fréquemment.
  • Le « bouilli », ou pot-au-feu, est impensable sans rutabaga ou navet.
  • Les deux légumes se mangent crus, pelés, puis tranchés ou coupés en cubes, assaisonnés d’une vinaigrette à la moutarde. On peut aussi les râper et les ajouter à une salade de carotte ou de chou.
  • Le canard ou le lapin aux navets est un classique de la cuisine française.
  • Faire sauter de très jeunes navets avec leurs feuilles et les servir avec du beurre ou de la crème.
  • Navets farcis : blanchir les navets une dizaine de minutes, enlever une partie de la chair et la mélanger avec de la pulpe de pomme de terre et une sauce aux champignons. En Italie, on le farcit de risotto et on le fait gratiner après l’avoir parsemé de parmesan. En France, on aime bien le farcir de chair à saucisse assaisonnée de thym et de romarin pour le faire cuire ensuite dans du cidre.
  • En mousse : faire cuire des navets et en faire une purée, à laquelle on ajoutera des blancs d’oeuf et de la fécule de pomme de terre. Saler et poivrer. Mettre dans un moule et cuire au bain-marie.
  • Les graines peuvent servir d’assaisonnement, comme celles de la moutarde. Germées, elles apportent du piquant aux salades et aux sandwiches.

Au Japon, on tranche le navet et on le fait mariner dans un mélange de sucre et de vinaigre de riz, tandis que, dans les pays arabes, on débite le navet à peau rose en bâtonnets que l’on fait mariner dans une préparation à base d’eau et de vinaigre. La chair prend alors une coloration rougeâtre très particulière. Dans un cas comme dans l’autre, on le sert comme condiment.

Dans le sud des États-Unis, on apprête les feuilles en les faisant cuire avec des dés de bacon ou de jambon fumé. Cette préparation est ensuite ajoutée aux soupes et aux ragoûts, particulièrement si ces plats contiennent de l’orge et des haricots, ou des saucisses épicées.

En Allemagne, on râpe le navet et on le fait cuire comme la choucroute avec des baies de genièvre et de la saucisse.

Contre-indications

Syndrome de l’intestin irritable

Certaines personnes ayant le syndrome de l’intestin irritable peuvent ressentir, à divers degrés, une intolérance envers certains aliments. Il arrive parfois que l’intolérance concerne les crucifères telles que le navet ou le rutabaga. En limitant ou en évitant les aliments fermentescibles comme ceux de la famille des crucifères, les personnes aux prises avec ce syndrome peuvent atténuer leurs symptômes (douleurs abdominales, ballonnements, diarrhée). Lorsque les symptômes sont légers, ou pendant les périodes dites de « rémission », il est parfois possible de réintégrer graduellement ces aliments, toujours en respectant la tolérance individuelle (voir notre fiche Syndrome de l’intestin irritable).

Interaction des crucifères avec certains médicaments

Les indoles, des composés présents naturellement dans les crucifères, peuvent notamment diminuer l’action de certains analgésiques tels que les produits contenant de l’acétaminophène (Tylenol, Atasol, Tempra) et d’autres médicaments combinant un mélange d’ingrédients actifs (Benylin, Contac, Robaxacet). Les personnes qui consomment une grande quantité de crucifères devraient prendre cet aspect en considération.

Recette coup de coeur

Navets nouveaux confits au miel

  • 1 botte de navet nouveaux
  • 1 cuillère à café de miel
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 verre d’eau
  • 20 g de beurre
  • 1 pincée de poivre

Préparation

TEMPS TOTAL : 45 MIN
Préparation : 15 min
Cuisson : 30 min
  1. Etape 1

    Couper les fanes des navets nouveaux en conservant un demi-centimètre de vert. Vous pouvez conserver les fanes des navet pour mettre dans un potage.

  2. Etape 2

    Brosser les navets et les rincer. Il ne faut pas les éplucher car la peau est très fine.

  3. Etape 3

    Couper les en 2 s’ils sont un peu gros afin que le temps de cuisson soit homogène.

  4. Etape 4

    Faire chauffer doucement le beurre dans la sauteuse puis ajouter les navets, le miel, et l’eau. Mélanger.

  5. Etape 5

    Couvrir et faire cuire jusqu’à l’évaporation de l’eau. Poivrer, saler. C

IMG_20200117_133502[1]

PAK CHOÏ et PET SHAÏ à l’honneur

Aujourd’hui nous mettons à l’honneur les choux chinois. Trop peu connus, ils sont facile à cuisiner. Avec leurs saveurs douces et authentiques ils sont incontournables dans cuisine asiatique mais pas que. Le chou Pak Choï par exemple, a été introduit aux États-Unis par les chinois lors de la grande ruée vers l’or au XIXème siècle. Plus récemment nous le cultivons en Europe.

  • Le chou chinois Pet saï peut le consommer cru en salade ou cuit. Il peut être braisé ou sauté au wok par exemple avec d’autres légumes, des nouilles ou du riz et assaisonné avec quelques condiments asiatiques. Il se conserve deux semaines dans le bac à légumes du réfrigérateur, mais il est préférable de le consommer dans les cinq à six jours suivants l’achat si on souhaite le déguster cru.

  • Le chou Pak Choï  appartient à la famille des choux bien qu’il ressemble aux pieds de blettes. Sa saveur est très douce. Avant de le cuisiner, il suffit de le rincer puis de découper les côtes en tronçons. Le chou Pak Choï fait partie de la cuisine traditionnelle chinoise. Il est délicieux sauté avec de l’ail et arrosé de sauce soja et de graines de sésame. Il se conserve une semaine dans la bac à légumes du réfrigérateur.

Vous trouverez également à la Ferme aujourd’hui :  des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes, des panais, des oignons jaune et des rouge, des échalotes, de l’ail, des betteraves, des navets, du chou blanc et du rouge, du chou chinois Pet saï et du Pak Choï ,des radis noir, des potimarrons, des poireaux, des épinards, de la mâche, des salades, du jus de pomme, des œufs, du miels, des biscuits…

Nous sommes ouvert en Janvier tous les vendredis de 16h à 18h30.

  • fiche-chou-pak-choi-5c0e4a6a7ea89.jpg

Bonne et heureuse année à tous

Retrouvez nous dès aujourd’hui à la Ferme. Nous sommes ouvert en Janvier tous les vendredis de 16h à 18h30. Nous avons en ce moment : des pommes, des poires, des pommes de terre, des carottes, des panais, des oignons jaune et des rouge, des échalotes, de l’ail, des betteraves, des navets, du chou blanc et du rouge, des radis noir, des potimarrons, des poireaux, des épinards, de la mâche, du jus de pomme, des œufs, du miels, des biscuits…

ob_797d68_bonne-annee

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑